Un amour noyé dans un verre d’eau

J’ai eu l’honneur de me coucher moins bête l’autre soir… Je connais désormais ce que ça fait de « se faire rejeter »… J’ai l’impression de n’avoir été qu’une vulgaire dragueuse notoire… Et j’admets volontiers que les conséquences sont pénibles à gérer, voir impossibles pour certaines… Comme ces noeuds au ventre qui me coupent l’appétit depuis plusieurs jours, et causés par l’espoir… D’où mon besoin de ne plus attendre vainement qu’il me revienne…

J’ai fait le choix d’extérioriser ma frustration en écrivant, et je dois avouer que ceci me soulage incontestablement.

Je me suis déjà faite larguer, j’ai donc connu bien pires moments.
Entre mon premier amour, qui a fini par me quitter sous prétexte que sa mère n’aurait pu accepter le fait que ma peau soit trop claire {Éh oui ça existe aussi dans ce sens}… Et l’une de mes dernières relations, la plus vivante, mais aussi la plus épuisante de par son côté intense et permanent… Effectivement, je me souviens de chaudes larmes abreuvant mes lèvres durant quelques jours… Oh non, guère plus ! C’est vrai que nous sommes inégaux face à la résilience…
Mais si je n’avais qu’un conseil à donner à quelqu’un qui souffre d’aimer à sens unique… Je lui dirais de reconsidérer sa situation de manière objective, puis de remonter à cheval le plus rapidement possible…

Aller, je commence ma thérapie, en faisant l’éloge de celui qui a noyé dans un verre d’eau la pureté de l’amour que je lui portais…

Mon Abraham…

N’y voyez pas là une connotation religieuse, vous risqueriez d’être surpris…
J’ai réalisé après coup, qu’il me rappelait Abraham Ford ! Un personnage de « The Walking Dead » {Navrée de la référence}… Une représentation attachante et caricaturale d’un mâle dominant {Comment le dire autrement ?}…
Je vous aurais bien redirigé vers la vidéo des répliques cultes de mon chouchou, mais les images d’accompagnement sont quelque peu sanguinolentes, et je suis là pour parler d’amour donc ça ferait tâche je pense.

… 23h30… Il vient de m’envoyer un mail, bien détaché comme à son habitude… Pour accuser réception du dernier message que je lui ai envoyé cet après-midi.
Je lui signifiais que je n’acceptais pas sa proposition balourde… « On peut rester amis si tu veux ? », enfin un truc du genre vous voyez… Ou, comment se débarrasser de quelqu’un en douceur.
Bon, je n’ai plus qu’à m’endormir paisiblement maintenant que j’ai confirmation qu’il se contrefiche de ma personne… Et merde !!!

… Une énième nuit de cinq heures de sommeil s’achève… Et ma première pensée, une fois encore, fût pour lui… La preuve ultime que mes sentiments sont bien réels.

Il n’a jamais cru en eux… Il ne conçoit pas que l’amour soit dissociable d’une présence physique. Mais, c’est alors nier les millions de relations qui ont débutées à distance !

Mon île perdue…

Je pars donc à la conquête d’un territoire qui se veut hostile à mon égard… D’autant plus que ma prédécesseur à dissimulé des mines partout dans son sable, en se disant sûrement que la topographie des lieux n’était pas assez volcanique à la base !
Il est si brut, si pur, et si sauvage mon paradis…
Il m’a cruellement et brièvement laissé entrevoir ce qui se cachait derrière ses montagnes… Avant que mon enthousiasme ne déclenche le premier détonateur… J’aurais pu, j’aurais dû me méfier.
Refranchir ses reliefs pour le reconquérir me parait, pour l’heure, insurmontable.

Son sourire, sa douceur… Ses irrésistibles silences quand je ne pouvais contenir mes mots… Dur… J’aurais préféré exploser avant de vivre le seul instant de grâce qu’il a bien voulu m’accorder.

Ses paysages sont trop fragiles… Je ne peux pas faire sauter toutes les mines qui l’entourent… Et en supposant que j’y parvienne, il m’a bien fait comprendre qu’il n’y survivrait pas.
Quelle impuissance !

Pourquoi lui…

Comme vous pouvez peut-être vous l’imaginer, je suis quelqu’une qui ne cesse d’analyser son environnement social, et ses comportements…
J’ai toujours cherché à comprendre pourquoi je tombais amoureuse d’un tel plutôt que d’un autre… Et j’ai su répondre à cette question qu’une seule fois, avant lui…
En ce qui le concerne, cela n’aura jamais été aussi limpide…

Je lui ai dit tout ce que je ressentais, je n’ai donc pas de regret… Au pire, un peu de gène de m’être mise à nu si longtemps, pour au final n’avoir été regardée que par le trou d’une serrure…
Il n’a rien perçu parce que pour lui je n’étais rien… Rien qu’une chieuse en carence affective, sous cachetons, ou bonne à enfermer… Il l’a pensé mais ne me l’a presque pas fait ressentir.

Je n’ai cessé de lui dire que je le connaissais bien plus qu’il ne l’imaginait, ce qui l’exaspérait… C’est compréhensible.
Si je le pense c’est parce que j’ai l’intime conviction qu’il est mon « Alter Ego »…
Mais si je suis dans le vrai… Comment se peut-il qu’il ne s’en rende pas compte ?! C’est absurde…

N’a t’il vraiment pas remarqué que nous avions le même langage ? La même intelligence ? La même force ? La même violence originelle, que j’ai perdu parce que la vie ne m’a pas fait prendre le même chemin tortueux… ?
Il est l’homme que j’aurais été… Je le pense, du plus profond de mon âme.

Je ne veux pas être son amie… C’est vrai que dans un autre article, j’ai écrit qu’en amitié, je cherchais mon égal… Mais je n’ai pas précisé ce que je cherchais en amour…

J’admire cet homme ! Ce ne sont pas ses actes, mais bien ce qu’il est que j’admire. Et c’est ce détail qui me fait crever d’amour pour lui… Oh ne prenez pas ce terme au premier degré… Celui qui me tuera en brisant mon mental n’est pas encore né.

Enfin bref… Laissez-moi redescendre… Puisque son indifférence ne peut que prouver que je me suis fourvoyée.

Il me reproche d’exiger trop de lui… Mais je peux vous assurer que je n’en demande pas plus que quelqu’une qui souhaiterait mettre en route une relation.
Le vrai problème serait ma façon de m’exprimer… Il est vrai que j’ai pu jouer des coudes face à sa propre autorité. Mais là où je m’en amusais… Lui n’a pas du tout apprécié ma rebellion… Et j’avoue que ce point me chagrine, car je n’ai pas senti le malentendu poindre.
Puis, il y a aussi le fait que je sois dans une situation particulière… Avec un bébé de surcroît… Et que je me situe à des centaines de kilomètres de lui, pour ne rien arranger.
Et pour finir, je pense ne pas être son genre de femme… Ce n’est pas parce que l’on trouve acceptable le visage d’une personne, que forcément elle nous plait… Si cela s’avérait être exacte, dommage qu’il ne m’en ait pas fait part. Ça m’aurait aidé.

D’ailleurs, notre dernière conversation téléphonique ne m’aide pas non plus à passer à autre chose… Pourquoi a-t-il été sicorrect ? Il m’a toujours fait comprendre que ce n’était pas dans sa nature d’accepter tel ou tel comportement… Pourtant moi j’ai eu droit à des explications, de l’écoute…

Le fait qu’il ne m’ait pas fermé la porte m’oblige à me faire violence pour rester à ma place… Car je suis une « Jusqu’au boutiste », qui a donc en horreur l’inachevé. C’est certainement très confortable et rassurant pour certains que les choses restent sagement en suspens… Mais c’est insupportable pour moi.

… J’éprouve des difficultés à clôturer cet article…
Le souci est que ma peine a évolué au fil des mots que je couchais. De sorte que je ne vois presque plus l’intérêt de me publier.
D’autant plus qu’entre temps, j’ai mis en oeuvre ce quelque chose qui lui donnera l’opportunité de me fermer définitivement la porte… Ou pas.
J’ai même rêvé qu’il avait choisi d’en rester là… [Hallucinant ! Alors que je terminais d’écrire la phrase ci-contre, un oiseau est entré par ma fenêtre, pour voler calmement au-dessus de mon lit… Je ne sais comment interpréter ce signe… L’oiseau de bon ou mauvais augure ?]

… Bon… Le temps a passé ! J’y vois plus clair, chaque jour un peu plus…
Il a fait le choix d’ignorer ce qu’il ne recroisera malheureusement jamais. Il a fait le choix de ne pas refermer ses plaies béantes… Il a définitivement rejeter ce que je pouvais lui apporter.
Je prends donc acte de sa décision qui, j’espère, était la meilleure chose à faire pour lui-même…

“ Oh oui, tu es un saboteur de génie ! Mais comme je te comprends mon amour… ”

The End !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s